Tout ce qu’il faut savoir sur le papillomavirus ou HPV

Le Human papillomavirus ou HPV est un virus très répandu atteignant des millions de personnes chaque année. Il produit des infections pouvant contaminer aussi bien les femmes que les hommes qui ont déjà une vie sexuellement active. C’est le virus qui contient le plus de variétés, car on distingue 200 types de HPV à deux catégories différentes : la première à l’origine d’infection cutanée et génitale et la deuxième avec des lésions cancéreuses.

Les symptômes de l’HPV

Le papillomavirus chez l’homme est classé dans la catégorie des maladies sexuellement transmissibles, car c’est le principal facteur de contagion. Elle se manifeste par l’apparition des condylomes ou des verrues génitales, également connues sous forme de crête de coq. Ces lésions cutanées bénignes apparaissent dans la partie ano-génitale notamment sur l’anus, le périnée, le pénis et la vulve. La maladie se manifeste également avec des irritations et démangeaisons chroniques au niveau de ces parties, les femmes sont beaucoup plus vulnérables que les hommes. Les symptômes prennent quelques semaines jusqu’à plusieurs années pour apparaître. Des lésions précancéreuses sont également répertoriées dans les symptômes et peuvent engendrer le cancer au niveau du col de l’utérus, des parties génitales ou de la gorge.

Le mode de transmission et dépistage

Le HPV est extrêmement contagieux. Il se transmet généralement par tout type de contact sexuel que ce soit vaginal, anal ou oral. Tout contact cutané avec la partie infectée même s’il s’agit de simples frottements ou d’embrassade. Il se transmet même si la personne infectée est un porteur sain et ne présente pas de verrue. Les personnes ayant des antécédents d’IST ou ayant des mauvais comportements sexuels ont beaucoup plus de chance d’être atteintes. L’apparition des symptômes est un moyen pour justifier la présence du virus, mais puisqu’une personne déjà contaminée ne présente pas obligatoirement des signes suspects, il est préférable de faire un dépistage.

Le traitement et la précaution

Des traitements médicaux sont disponibles pour un cas déjà avéré, il faut dans ce cas consulter un gynécologue ou urologue. Un traitement local à laser ou par opération se propose.
Pour ce qui est de la précaution, des vaccins contre le papillomavirus existe, toutefois beaucoup plus efficace avant les premiers rapports sexuels. En outre, l’utilisation de préservatif est fortement conseillée pour limiter la contagion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *